La maîtrise de son temps de jeu est une question épineuse, surtout pour le hardcore gamer. Même si on a plus ou moins conscience qu’on y passe trop de temps, on a bien souvent du mal à se limiter.

Une passion est une passion et il est difficile de s’en passer, même un peu !

Toutefois, un excès de jeu ou d’écrans en général, n’est pas sans conséquences. Nos yeux, notre cerveau et notre santé finissent par en pâtir, ainsi qu’un risque de se couper du monde réel. 

Ce n’est pas véritablement le jeu en soi qui est problématique, mais le pratiquer à haute dose induit forcément une fatigue visuelle et une forme de sédentarité. Par ailleurs, à cause de nos mauvaises habitudes ou d’un équipement pas tout à fait adapté, notre position n’est pas toujours idéale et entraîne des douleurs musculaires, voire des tendinites.

  • Surveillance, maîtrise du temps de jeu

    Un des meilleurs moyens de ralentir la cadence est de se rendre compte, en chiffres, du nombre d’heures qu’on passe devant des écrans.

    Oui le faire vous apportera quelques surprises quand on pense qu’une journée dure 24h ! Cela ne règle pas directement le problème mais va vous faire réfléchir. Si on fait le cumul du temps passé devant son PC (travail, études et loisirs combinés), sa TV ou son téléphone portable, on atteint souvent des sommets insoupçonnés. Vérifiez !

Quand on est un gamer, on peut facilement passer 7, 8, voire plus de 10 heures par jour devant un écran.

Et si en plus on travaille sur ordinateur et qu’on profite de ses pauses pour voir ce qui se passe sur son smartphone, on remarquera rapidement qu’on passe plus de 90% de son  temps le nez penché sur un écran. Faites vos propres calculs et vous verrez que ce n’est pas du tout irréaliste. 

Et si nous additionnons tous ces écrans ? 

Se rendre compte que dans une journée, on passe beaucoup plus de temps à fixer un écran qu’à regarder le reste du monde et où l’on doit se poser la question pour récupérer son sommeil : tout ceci doit interpeller. 

  • Faire des pauses pour la maîtrise de son temps de jeu

    C’est le conseil de base, entendu encore et encore, mais qu’on ne peut éviter de citer ici. Peut-être plus encore que de limiter son nombre d’heures, faire des pauses est important.

    Prendre dix ou 15 minutes entre deux sessions ne changera rien à votre niveau ou à votre avancement lors d’un temps mort.

    En revanche, ça fera un bien énorme à vos yeux et vos muscles. Profitez également de ce moment pour vous hydrater et prendre une collation comme un fruit par exemple.

    Prendre l’air, promener le chien, acheter du pain ou sortir les poubelles. Faites autre chose, et si possible n’emportez pas votre téléphone avec vous, ça fera une tentation de moins. Les yeux ont besoin de voir plus loin que le bout de l’écran et nos muscles aiment à se souvenir qu’ils ont une utilité. 

  • Ne pas confondre entrainement et farming

    Le farm est probablement le pire ennemi du joueur de MMORPG, même si ces derniers ne sont pas les seuls concernés. C’est répétitif, ennuyeux, ça n’améliore pas notre maîtrise du jeu et c’est particulièrement chronophage. Qui plus est, dans certains jeux, on a le sentiment qu’on n’en verra jamais la fin. Dans pareil cas, tout n’est qu’une question de volonté. 

    Ironiquement, certains joueurs qui ne sont pas soumis à un farming intensif, s’enferment parfois dans la répétition. Dans les MOBA, les FPS, ou les jeux de sport par exemple, il n’y a pas de nécessité à enchaîner rapidement les sessions de jeu. S’entraîner et s’améliorer a du sens, mais tout entraînement nécessite des plages de récupération pour pleinement porter ses fruits

EN CONCLUSION

Le cerveau a besoin de décrocher pour mieux assimiler ce qu’il a appris. C’est en partie pour cette raison qu’on ne prend pas toutes ses heures de conduite dans la même semaine quand on prépare son permis. On ne s’en rend pas compte, mais c’est en faisant autre chose, et même en dormant, que notre cerveau grave nos expériences. Donc, au lieu de s’acharner parce qu’on a perdu ou qu’on n’arrive pas à atteindre un objectif, mieux vaut se laisser du temps et y revenir plus tard, c’est bien plus efficace.