Faire fonctionner ses méninges tout en jouant, tel est le crédo du joueur adepte des jeux de réflexion.

Pour lui, la dextérité est secondaire, ce qu’il souhaite, c’est mettre son cerveau à l’épreuve. Il veut tester sa rapidité, sa souplesse, sa résistance au stress ou encore son imagination. Bref, il veut soulever des montagnes, mais plus avec sa tête qu’avec ses mains.

  • A quoi joue t-il ?

L’éventail est assez large et va des jeux à énigmes (Les Professeur Layton par exemple), aux wargames en passant par les Point & click et les Puzzles. Des jeux aux styles très différents mais qui vont pousser le joueur à réfléchir. 

Les wargames sont les jeux vidéo de réflexion par excellence. Une version vidéo-ludique des jeux d’échecs en quelque sorte. On a le temps de la réflexion, mais en contrepartie les paramètres à prendre en compte sont nombreux et élaborer une stratégie efficace n’est souvent pas chose aisée. 

Toutefois, qui dit réflexion ne dit pas nécessairement qu’on peut prendre son temps, c’est même souvent l’inverse. Si on prend un Tetris par exemple, on ne peut pas vraiment dire que ce soit un jeu calme et tranquille. On doit réagir vite et rapidement faire des choix, sans quoi on sera totalement dépassé par les événements. 

  • Sur quelle machine ?

Les jeux de réflexion se retrouvent surtout sur PC, consoles portables et smartphones. Ils sont plutôt sous-représentés en ce qui concerne les consoles de salon. Vu le grand écart en terme de puissance, ça peut surprendre, mais il y a plusieurs raisons à ça. 

Ces jeux sont généralement peu gourmands en matériel, ce qui les rend tout à fait adaptés aux plateformes nomades. Par ailleurs, leur nature fait que les commandes sont souvent simples et donc en adéquation avec les contraintes d’un smartphone ou d’une 3DS par exemple. A ce sujet, leurs écrans tactiles ont largement contribué à populariser le genre en les rendant encore plus intuitifs et simple d’accès.

Sur PC, les raisons sont toutes autres. Il y a avant tout une raison historique. C’est en premier lieu sur PC qu’ils ont vu le jour, souvent à l’initiative de programmeurs amateurs. Aujourd’hui, cet esprit perdure au travers des jeux indé. Un jeu de réflexion demande moins de moyens pour voir le jour. Les petits studios peuvent dès lors tirer leur épingle du jeu, alors qu’ils n’auraient probablement aucune chance face aux mastodontes du secteur sur un jeu de sport ou un jeu d’action. 

  • Quel type de joueur est-il ?

Les jeux de réflexion s’adressent à tous, les profils sont donc assez variés. Toutefois, on peut dire que dans l’ensemble ils sont assez éloignés du profil moyen. Par exemple, sur ce type de jeux, il y a majoritairement des très jeunes (notamment sur la série de Professeurs Layton) ou des bien plus plus âgés (particulièrement sur tout ce qui touche aux Wargames classiques), mais finalement relativement peu de 15 / 35 ans. 

En fait, on pourrait définir deux sous-profils, selon que le joueur est nomade ou PC. Sur console portable et smartphone, il y aura surtout des très jeunes ou des femmes. Alors que sur PC, on aura plutôt des hommes mûrs. 

Les sessions de jeu ne sont généralement pas très longues, mais peuvent se répéter plusieurs fois dans une même journée. L’avantage, c’est qu’on prend le temps de reposer son cerveau et ses yeux. Comparativement à d’autres styles de joueurs, on souffrira donc moins de de fatigue oculaire et de migraines. En revanche, le temps cumulé reste assez élevé. La quantité de lumière bleue absorbée par l’œil demeure donc importante.