Le Multiplayer Online Battle Arena est un genre de jeux vidéo mêlant action et stratégie, le tout en multi-joueurs. Comme son nom l’indique, il s’agit d’arènes de bataille sur lesquelles des joueurs s’affrontent. Encore aujourd’hui, ces jeux sont un des genres les plus populaires auprès des joueurs.

Petite anecdote

Le jeu a acquis une telle célébrité dans la communauté des joueurs PC assidus qu’il a même une chanson qui lui a été dédiée en 2006, du nom de « DotA », de l’artiste suédois Basshunter, qui a depuis dépassé les 25 millions de vues.

Son refrain, en suédois, signifie tout simplement :

« Nous sommes sur Ventrilo [un logiciel de chat vocal en ligne], en train de faire une partie de DotA ».

  • Son histoire

Même si on retrouve quelques caractéristiques des MOBA dans certains jeux plus anciens, le genre prend véritablement son origine en 2003 avec Defense of the Ancients. Plus connu sous le diminutif de DotA, il s’agit en fait d’un mod tiré de Warcraft III : reign of chaos.

Le principe est simple : deux équipes de joueurs s’affrontent dans le but de détruire la base de l’adversaire.

D’autres jeux vont pas la suite tenter de reprendre le concept, mais ce n’est qu’avec l’avènement de League of Legends (LoL) en 2009 que le genre va devenir incontournable.

Il sera rapidement rejoint par DotA 2 en 2013. A eux deux, ces jeux représentent encore la grande majorité des joueurs de MOBA dans le monde.

Toutefois, d’autres arrivent à tirer leur épingle du jeu. C’est le cas de Smite qui a pour originalité d’être un MOBA en vue objective (la caméra est placée derrière le joueur) et non pas en vue de dessus comme c’est le cas d’habitude.

On peut aussi citer Heroes of the Storm, le jeu de Blizzard, mais l’éditeur ne semble plus vraiment croire en son poulain ces derniers temps et les mises à jour se font de plus en plus espacées, ce qui n’est jamais bon signe. 

  • Principes du jeu

Deux équipes, généralement composées de 5 joueurs chacune, vont s’affronter pour la victoire. Mais une bonne partie du travail aura lieu avant même le début de la partie. En effet, la composition de l’équipe va être déterminante quant aux chances de réussite.

Chaque joueur va choisir et incarner un personnage ayant des caractéristiques et des compétences qui lui sont propres. Chaque avatar va présenter des points forts et des faiblesses. Dégâts physiques énormes mais aucune résistance à la magie, défense imprenable mais déplacements lents etc.

Bref, une bonne partie de la stratégie va reposer sur un choix judicieux de personnages afin d’obtenir une équipe complémentaire, capable de venir à bout de ses opposants. A chaque joueur son rôle, et à chaque rôle son ou ses personnages.

Il existe bien évidemment une multitude de modes de jeu, mais à l’origine, il faut prendre le contrôle du terrain, et surtout détruire le camp adverse. Même si les kills ont une grande importance, le but n’est pas tant de tuer l’adversaire que de faire mordre la poussière à sa « base ». En ce sens, on pourrait comparer ce type de jeu à la prise de flag au paintball. Certes, on se facilite la vie en éliminant l’adversaire, mais ce n’est pas le but final. C’est d’autant plus vrai qu’on ne meurt jamais vraiment dans les MOBA. On respawn généralement dans sa base au prix d’un malus (expérience, argent, équipement etc.). Bien sûr, plus une équipe connait de morts, et plus l’équipe adverse va prendre l’ascendant.

  • Les Maps

Dans l’ensemble, elles ont toutes en commun au moins une caractéristique.

Elles doivent être parfaitement symétriques. C’est une condition sine qua non pour garantir l’équité et l’équilibre des parties.

En dehors de ça, presque tout est permis. Néanmoins, dans la grande majorité d’entre elles, on retrouve plus ou moins toujours les mêmes éléments.

Deux bases : le plus souvent, elles se situent aux extrémités de la map, dans les coins. C’est le point de départ de chaque équipe. Mais surtout, ce sont les rois d’un jeu d’échec. Si l’un d’eux tombe, la partie s’arrête et le roi encore debout est déclaré vainqueur.

Des voies dégagées reliant un camp à l’autre. L’une d’entre elles est généralement une simple ligne droite parcourant toute la diagonale de la map, la middle. Elle est souvent accompagnée de deux autres routes contournant le champ de bataille par le haut (la top lane) et par le bas (la bottom).

Une « jungle » : elle est le plus souvent divisée en 4 parties. Ces dernières se situent de part et d’autre de la voie principale (middle) et d’un côté et de l’autre de la frontière séparant les deux camps. Elles servent en quelques sortes de tranchées. On s’y déplace plus difficilement, avec des chemins tortueux et des mobs agressifs (neutres ou affiliés à un camp). Outre le fait qu’on peut s’y déplacer plus discrètement, elles permettent de gagner de l’xp et fournissent argent et équipements divers.

  • Le déroulement d’une partie

Chaque jeu ou mode de jeu a ses propres règles. Mais pour schématiser, une partie va se dérouler en 3 grands actes.

  1. LA PRÉPARATION

Pour rappel, la composition d’une équipe compétitive passe par une bonne répartition des rôles. Avant le début de l’affrontement, chacun doit exactement savoir ce qu’il aura à faire et choisir son personnage en conséquence.

  1. LE FARM ET LA RECONNAISSANCE

Au tout début de la partie, il faut augmenter le potentiel de son personnage. Pour survivre et peser sur le cours du jeu, il doit gagner de l’xp, de l’argent, des compétences ou encore de l’équipement. Pour ce faire, il faut farmer du monstre le plus rapidement et efficacement possible. Par ailleurs, en parcourant la map, le joueur va révéler le terrain. En effet, celui-ci est généralement recouvert d’un épais « brouillard de guerre » qui empêche d’avoir une vue globale de son environnement. Le plus souvent les joueurs profitent de cette phase pour poser des dispositifs qui leur permettront de voir les déplacements de l’adversaire.

  1. L’AFFRONTEMENT

A un moment ou un autre, un des joueurs prendra l’initiative d’ouvrir les hostilités. Le véritable combat s’engage alors. Accumuler des kills, se débarrasser des sbires ennemis, annihiler les défenses adverses, pour finalement être en mesure de détruire la base.

Globalement toutes les parties se déroulent selon ces étapes et s’achèvent lorsqu’une des bases est détruite.

  • Qu’est-ce qui fait un bon joueur de MOBA

Le premier trait de caractère qu’on retrouvera chez les joueurs de MOBA va être l’esprit de compétition. Non seulement il s’agit par essence d’un affrontement, mais qui plus est, il y a chez la plupart des joueurs une volonté d’améliorer son ranking. Etant donné que l’expérience acquise ne se conserve pas d’une partie sur l’autre, la seule façon d’évaluer la qualité d’un joueur est de s’en remettre à un système de classement. Plus un joueur comptera de victoires et mieux il sera classé.

Toutefois avoir les dents longues et vouloir trôner au sommet de la meilleure ligue ne suffit pas à faire un top player. Il faudra impérativement compter quelques atouts dans sa manche et être bien préparé.

  1. BIEN CONNAITRE SON SUJET

Si on ambitionne d’être performant dans un MOBA, il faut tout connaitre ou presque sur ce qui compose le jeu. En l’occurrence, il faudra bien sûr en maîtriser les mécaniques, mais aussi les maps et les personnages : savoir quels personnages sont vos pires ennemis ou comment venir à bout efficacement d’un système de défense par exemple. Bref, il va falloir bachoter. Et si la théorie n’est pas vraiment votre tasse de thé, il faudra miser sur l’expérience.

  1. CUMULER DE L’EXPÉRIENCE (« de l’XP »)

La théorie c’est bien, mais rien ne remplacera jamais la pratique. Que vous soyez un pur noob ou que vous connaissiez déjà toute la théorie sur le bout des doigts, vous n’y échapperez pas, il va falloir s’entrainer dur. Il n’y a que de cette façon qu’on apprend comment réagir rapidement en fonction des événements.

  1. DISPOSER DE CERTAINES QUALITÉS INDISPENSABLES

Jouer à un MOBA est loin d’être de tout repos. Un joueur devra avoir certaines qualités s’il veut réussir et durer. Pour être bon, il faut bien sûr faire preuve de concentration, de coordination, de persévérance, et d’une certaine capacité d’analyse. Mais quand on cherche la performance, le plus dur est souvent de durer.

Se maintenir au top nécessite de savoir résister au stress et d’être endurant, aussi

bien physiquement que mentalement.

De plus, dans ce type de jeu, on n’est pas seul, et il faudra aussi faire preuve d’une bonne dose de communication, voire de diplomatie.

  1. COMMUNIQUER ET SAVOIR S’ENTOURER

La communication est un des piliers de la réussite dans les MOBA. Il faut savoir expliquer, renseigner ses coéquipiers, et parfois donner des ordres et accepter d’en recevoir. Pour que l’ambiance soit bonne, il faut être souple et diplomate. Tout ne se passera pas toujours bien et il faut être capable de transformer un échec en une expérience constructive.

Idéalement, il faut se créer une team stable composée de joueurs de niveau équivalent. Si vous n’êtes pas à l’aise avec l’anglais, oubliez le fait de jouer avec des joueurs étrangers. Une communication rapide et instinctive est une nécessité. D’ailleurs, la grande majorité des équipes fonctionne en vocal, via TeamSpeak, Discord ou autre.

  1. AVOIR LE MATÉRIEL QUI CONVIENT

Ça peut paraître simpliste comme remarque, mais le matériel que vous utilisez et comment vous vous en servez aura aussi son importance. Outre la qualité technique d’un clavier, d’une souris ou d’un écran, il faut que ces derniers soient adaptés à votre type de jeu.

Un MOBA nécessite un peu plus qu’un matériel de bureau classique. Par ailleurs, ces cessions de jeu sont souvent longues. Il faut donc prêter une attention particulière aux

conditions dans lesquelles on joue. Si elles sont mauvaises, votre niveau s’en ressentira forcément à un moment ou un autre.

  1. ETRE AU SUMMUM DE SA FORME

Derrière l’avatar, il y a un humain, avec ses forces, mais aussi ses faiblesses. Compter sur ses seuls réflexes ne suffira pas à vous hisser au sommet de la hiérarchie, et encore moins à y rester. Passé un certain point, ce n’est plus vraiment la performance qui va différencier les joueurs, mais leur capacité à reproduire encore et encore des parties de haut niveau.

Après plusieurs heures de jeu, les yeux fatiguent, le corps perd en tonicité et la concentration devient fluctuante.

Pour tenir longtemps, il faut être endurant. Cette endurance, seule une hygiène de vie

adaptée vous l’apportera. Ainsi, un sommeil réparateur, une pratique sportive régulière ou même une alimentation équilibrée, sont autant d’éléments qui vont faire pencher la balance.

Les MOBA sont exigeants, même à un niveau accessible au commun des mortels. Non seulement il faut être bon ingame, mais il faut aussi un environnement et des conditions favorables. Un joueur, aussi fort soit-il, n’entreverra pas souvent la victoire s’il n’est pas bien entouré et préparé. A plus haut niveau, voire pour les pros, le moindre détail va compter. Si la différence ne peut pas se faire sur la technique et la maîtrise du jeu, elle se fera ailleurs, soyez-en sûrs.